• Facebook - Grey Circle
  • Twitter - Grey Circle
  • LinkedIn - Grey Circle
  • Pinterest - Grey Circle
  • YouTube - Grey Circle
  • Google+ - Grey Circle
  • Instagram - Gris Cercle

par Keser Laurent pour BA-eService

Tous droits réservés

mis en ligne le: 07/10/2015

Avertissement:Ce site est purement informatif. L'utilisation des informations ou ressources de ce site à des fins d'interventions, de formations n'est pas le but de ces publications, leur utilisation à ces fins ne pourraient engager la responsabilité des auteurs.

L'utilisation des documents en téléchargement est libre à condition de ne pas les modifier et d'indiquer leur provenance, leur utilisation à des fins commerciales est totalement prohibée.

 

Conditionnement répondant 

(classique, pavlovien)

Il y a plein d'idées préconçues sur le conditionnement répondant. On oppose souvent le conditionnement opérant et le conditionnement répondant, il y aurait un "bon" et un "mauvais" conditionnement. Or, s'ils sont différents, ces deux conditionnements sont des processus naturels d'apprentissages indispensables, aucun n'est ni bon, ni mauvais... juste différents, avec des applications différentes.

  Si l'ABA est en très grande partie basée sur le conditionnement opérant (Skinnérien), la maitrise des concepts du conditionnement répondant est indispensable à tout bon analyste du comportement.

liens rapides:

La découverte du conditionnement répondant

     Les découvreurs

Principes et procédures du conditionnement répondant

     Principe général du conditionnement répondant

     Réflexes inconditionés

     Conditionné / conditionneur

     Conditions du conditionnement répondant

     Phénomènes liés au conditionnement répondant (généralisation, discrimination, habituation, potentiation, extinction, sensibilisation, adaptation, retour spontané)

     Modèle Rescola-Wagner

     

    

 

La découverte du conditionnement répondant

 

  La découverte du conditionnement répondant date du début du XXéme siècle.

  Il marque un tournant majeur de la psychologie. En effet, cette découverte et ces découvreurs sont à la base de la psychologie objective, en opposition avec d'anciennes visions de la psychologie plus subjectives comme le structuralisme et faisant appel à l'introspection.

  Ces travaux serviront de bases à John B. Watson pour la rédaction du célébre "Manifeste Behavioriste" en 1913, point de départ du behaviorisme... base de l'ABA.

     Les découvreurs

 
          Edwin B. Twitmyer

 Le psychologue américain, Edwin B. Twitmyer, est un grand oublié de la psychologie malgré qu'il soit le premier à publier des travaux sur le conditionnement répondant en 1902, devançant ainsi la publication des travaux de Pavlov d'un an. 

 La découverte de Twitmyer se fit par hasard, comme pour Pavlov. En effet, lors de ces travaux sur le réflexe patellaire, il associa une cloche pour prévenir le sujet de la délivrance du coup de marteau. Un jour, la clochette tintât par inadvertance et Twitmyer remarque que le tintement déclencha la même réponse du sujet que le coup de marteau sur le tendon rotulien.

 Il répliqua de nombreuses fois son expérience, ce fût la première description du conditionnement répondant, de plus chez l'humain.

réf: Knee jerks without simulation of the patellar tendon. Psychological Bulletin. Twitmyer, E. B. (1905).

 

          Vladimir Bekhterev

 Vladimir Bekhterev est un neurologue russe.

 Il fût le premier à ouvrir un laboratoire de psychologie expérimentale en Russie (1886).

 Les travaux de Bekhterev sur les "réflexes d'association" (nom donné par Bekhterev à ce que nous appelons aujourd'hui "réflexes conditionnés") portaient sur l'association de stimuli neutres avec des chocs électriques provoquant des réflexes de retrait.

 Les travaux de laboratoire sur les réflexes d'association furent publiés en 1908.

 Bekhterev est à l'origine d'un ouvrage important sur la psychologie objective en trois volumes :"Объективная психология" (1907-1910) ("psychologie objective"). 

Bekhterev a aussi travaillé dans différents domaines comme le sommeil, la psychiatrie, la neurologie (notament le fonctionnement et la description du système cérébro-spinal)

 Bekhterev mourut mystérieusement empoisonné en 1927, après avoir diagnostiqué une paranoïa sévére deux jours auparavant à Joseph Staline.

 L'apport de Bekhterev au behaviorisme est primordial, car même si Watson utilise le terme de "réflexe conditionné" et s'appuie sur les travaux de Pavlov, il utilise des protocoles plus proches des travaux de Bekhterev, utilisant notament les techniques de chocs électriques de ce dernier. De plus, ses conclusions et théories sont aussi beaucoup plus proches de celles de Bekhterev.

 
        Ivan Pavlov

 Ivan Pavlov est un médecin et physiologiste russe.

 Il est surtout reconnu pour sa description du conditionnement répondant, souvent appelé en son honneur "conditionnement pavlovien".

 Les travaux de Pavlov portaient à l'origine sur la salivation et la digestion chez le chien. Il prit l'habitude de distribuer la nourriture à ses chiens dans le même lieu et dans les mêmes conditions. La présentation de la nourriture causait l'activation du réflexe de salivation chez les chiens. 

Or, un jour, il remarqua que les chiens se mettaient maintenant à saliver dés que les chiens rentraient dans la pièce ou voyait le plat ou la personne donnant à manger. 

Cela servira de base à ses nouveaux travaux lui permettant d'établir les lois fondamentales d'acquisition et de perte des réflexes conditionnés. 

Même si Pavlov est surtout connu pour son travail sur le conditionnement répondant, il reçut le prix Nobel en 1904, non pour son travail sur le conditionnement, mais sur la démonstration d'un contrôle hormonal lors de l'émission des sécrétions digestives.

 

Principe et procédures du conditionnement répondant

 

     Principe général du conditionnement répondant

 

 Soit un stimulus dit neutre, noté Sn, n'entrainant pas de réponse.

 Soit un stimulus inconditionné(non appris),noté Si, entrainant une réponse inconditionnée (non apprise), notée Ri.

 Alors, la présentation répétée de Sn en présence de Si entrainera que ce stimulus, précédemment neutre, provoquera une réponse conditionnée (apprise), notée Rc, semblable à Ri, et sera donc devenu un stimulus conditionné, noté Sc.

 Le Sc prend alors les caractéristiques du Si et peut lui même conditionné un autre Sn à devenir un nouveau Sc.

     Réflexes inconditionnés

 

Un réflexe inconditionné est la relation entre un stimulus inconditionné (sans apprentissage) et une réponse inconditionnée (sans apprentissage).

Les réflexes sont dirigés par le système nerveux végétatif (ortho et parasympathique) et non pas par le système nerveux central.

Les réflexes inconditionnés sont innés et ne dépendent pas de l'apprentissage. Certains réflexes peuvent disparaitre au fur et à mesure du développement (certains réflexes présents chez les bébés disparaissent au cours du temps) mais la plupart demeurent durant toute la vie de l'organisme.

Les réponses sont émises de manière involontaires,et sont invariantes dans leurs formes.

Il existe un grand nombre de réflexe chez l'humain:

- réflexe patellaire (le genou et le marteau chez le médecin)

- respiration (en fonction de la pression d'aire dans les poumons)

- clignement des yeux (lors d'un fort bruit soudain ou en recevant de l'air sur la cornée)

- le réflexe pupillaire (en fonction de la luminosité)

- défécation (en présence de féces dans le rectum)

- accomodation (mise au point de la vision vers un item)

- vasodilatation, miction, réflexe plantaire, de Moro, myotatique, succion, tremblement... et beaucoup d'autres!!!

     Conditionné / conditionneur

 

L'association d'un stimulus neutre avec un stimulus inconditionné entrainera la transformation du stimulus neutre en stimulus conditionné, c'est à dire qu'il provoquera une réponse semblable (réponse conditionnée) à la réponse inconditionnée. Il se créera donc un réflexe conditionné. Le stimulus inconditionné, ici, sera un conditionneur.

De plus, le stimulus conditionné pourra lui même conditionné un nouveau stimulus neutre à entrainer une réponse semblable. Le stimulus conditionné sera donc lui aussi un conditionneur potentiel.

ex:

     Conditions du conditionnement

 

Le conditionnement répondant peut se mettre en place en fonction de certains critères, notamment la temporalité dans la présentation des stimuli. Si ces critères sont réunis dans l'environnement, le conditionnement peut se mettre en place. Il est donc présent dans la nature, tous les jours, ou peut être mis en place pour répondre à un objectif donné (voir applications).

          Délai court

Dans cette condition, le  début de présentation du stimulus neutre précède dés le début de présentation du stimulus inconditionné d'un temps de 1 à 2 secondes ( maximum atteint pour 1/2 seconde). L'arrêt de présentation du stimulus neutre précède l'arrêt du stimulus inconditionné. Il y a donc un chevauchement des stimuli.

Cette condition est reconnue comme étant très efficace.

          Délai long

Dans cette condition, le  début de présentation du stimulus neutre précède dés le début de présentation du stimulus inconditionné et l'arrêt de présentation du stimulus neutre précéde l'arrêt du stimulus inconditionné. Il y a un chevauchement des stimuli.

Ce qui le différe du délai court, c'est le délai entre la présentation des stimuli qui est plus important (peut être beaucoup plus important, plus de 30 secondes).

Cette condition est reconnue comme étant efficace.

          Simultanéité

Dans cette condition, le  début de présentation du stimulus neutre arrive au même moment que le début de présentation du stimulus inconditionné. 

Cette condition n'est pas reconnue comme étant efficace.

Attention:

-  la présentation simultanée de deux stimuli neutres avec un délai pour la présentation du stimulus inconditionné est efficace pour conditionner les deux stimuli neutres.

- la présentation simultanée d'un stimulus neutre et d'un stimulus, précédemment conditionné avec notre stimulus inconditionné, avec un délai pour la présentation du stimulus inconditionné n'est pas efficace pour conditionner le stimulus neutre.

 

          Trace

Dans cette condition, la fin de présentation du stimulus neutre précède dés le début de présentation du stimulus inconditionné. Il n'y pas de chevauchement des stimuli.

Cette condition est reconnue comme étant potentiellement efficace (si le délai est inférieur à 5 secondes).

          Conditionnement arrière

Dans cette condition, le  début de présentation du stimulus inconditionné précéde dés le début de présentation du stimulus neutre.  

Cette condition est inefficace, hormis, quoique rarement, avec un stimulus aversif. 

Dans cette condition le stimulus conditionné peut être appris comme un prédicteur de la cessation du stimulus inconditionné et acquérir des propriétés inhibitrices qui empêchent une réponse comportementale. 

          Conditionnement temporel

Dans cette condition, le stimulus inconditionné est présenté à intervalle régulier sans présentation d'un stimulus neutre.

Pour fonctionner, cette procédure de conditionnement a besoin que l'intervalle soit fixe.

          Autres conditions

D'autres facteurs sont aussi à prendre en compte:

  • le nombre d'essai

  • l'intensité du stimulus neutre et du stimulus inconditionné (plus le stimulus inconditionné est intense plus le conditionnement est rapide)

  • la durée du stimulus neutre et du stimulus inconditionné (ni trop long, ni trop court)

     Phénomènes liés au conditionnement répondant

 
          Généralisation et discrimination

La généralisation du stimulus est ici un phénomène qui décrit comment une réponse conditionnée est émise avec un stimulus similaire au stimulus conditionné provoquant cette réponse conditionnée. Au plus le stimulus différe du stimulus conditionné, au plus la réponse différe de la réponse conditionnée (perte de puissance).

La discrimination est le contraire de la généralisation, la réponse n'est émise qu'avec le stimulus conditionné et n'apparait pas en présence du stimuli proche.

La généralisation et la discrimination peuvent se visualiser par le gradient de généralisation qui montre la relation entre le degré de changement entre le stimulus conditionné original et la puissance de réponse.

          Généralisation
          Habituation

Il s'agit d'une réduction transitoire de la réponse réflexe.

Cette réduction temporaire est due à la présentation répétée dans un laps de temps relativement court du stimulus (qui peut être un stimulus inconditionné ou un stimulus conditionné) déclenchant la réponse réflexe

          Potentiation

Il s'agit d'une augmentation transitoire de la réponse réflexe.

Cette augmentation temporaire résulte de la présentation répétée d'un stimulus (qui peut être un stimulus inconditionné ou un stimulus conditionné) généralement aversif déclenchant la réponse réflexe.

          Adaptation 

Il s'agit d'une réduction de la réponse réflexe (en fréquence et/ou en intensité).

Cette réduction est due à une exposition prolongée au stimulus (inconditionné ou conditionné), cet effet n'est pas transitoire.

          Sensibilisation

Il s'agit de l'augmentation généralement transitoire d'une réponse réflexe à un stimulus par la présentation initiale d'un autre stimulus provoquant cette réponse réflexe.

Si habituellement S2-->X,  alors si  S1-->R1, par sensibilisation S2-->R1 de manière transitoire.

 

          Extinction

L'extinction en conditionnement répondant est la perte de la valeur du stimulus conditionné pour l'émission de la réponse conditionnée par la présentation répétée du stimulus conditionné seul (sans son conditionneur).

Après extinction, le stimulus conditionné n'entraine plus la réponse conditionnée.

          Retours d'extinction

Après une extinction, un stimulus conditionné peut récupérer ses propriétés de précurseur de réponse:

  • par réacquisition: le stimulus inconditionné est réappairé avec le stimulus inconditionné. Ce conditionnement est généralement plus rapide que lors du premier conditionnement.

  • par retour spontané:à la suite d'un délai de non-présentation du stimulus conditionné après l'extinction, le stimulus  conditionné peut provoquer de nouveau la réponse, d'une manière toutefois plus faible que les réponses émises avant l'extinction.

     Modèle de Rescola-Wagner

 

Les recherches sur le conditionnement répondant sont encore nombreuses et donc en constante évolution.

En 1972, deux chercheurs, Robert A. Rescola de l'université de Pennsylvanie et Allan R. Wagner de l'université de Yale, propose un modèle mathématique modifiant les modèles "d'opérateurs linéaires " de Bush et Mosteller (1955).

Ce modèle permet d'expliquer comment se produit le conditionnement répondant en décrivant les changements des forces associatives entre le signal (stimulus conditionné) et le stimulus ultérieur (stimulus inconditionné) d'une procédure de conditionnement. 

Même si ce modèle peut avoir quelques insuffisances, il est tout de même très efficace et très utile de par son pouvoir de prédiction vérifié par l'expérience, de par le peu de variables indépendantes et surtout... il est pour le moment le modèle le plus efficace.

Ce modèle peut se formaliser de cette manière:

 
 

réf:

-Learning 5th Edition, Catania 2013 ISBN-10: 1597380237ISBN-13: 978-1597380232

-Concepts and Principles of Behavior Analysis, Jack L. Michael 2004 ISBN-10: 0976160714      ISBN-13: 978-0976160717

-Introduction aux neurosciences comportementales, Descamps & Darcheville 2009    EAN13 : 9782100524426

-Learning and complex behavior, Danahoe & Palmer ISBN 0-9762371-0-5

-http://www.scholarpedia.org/article/Rescorla-Wagner_model

- The Rescorla-Wagner Model, Simplified W. J. Wilson Albion College

- Peut-on s'arréter au conditionnement Pavlovien? Molet, Craddock & Leconte-Lambert. Acta comportementalia 2004

 

 Le site d'information sur l'analyse du comportement

 et l'analyse appliquée du comportement (A.B.A.)

 Interventions comportementales dans le Grand Est

 par Alexandra Lecestre, BCBA, psychologue spécialisée en A.B.A. diplomée de l'université de Lille III

 et Laurent Keser, RBT, intervenant en analyse appliquée du comportement

 BA-eService